Test : Keyforge mon Jeu de Cartes à Collectionner Préféré​

Boite Keyforge l'Appel des Archontes

🏆 Nommé pour meilleur As d’Or-Jeu de l’Année Expert Cannes 2019 

2 Joueurs 
🤔 Difficulté d’apprentissage  : Moyenne
⏱️ Temps moyen d’une partie: 15 – 45 Min
Age : 14 + 

📅 Sortie : 2018 

8 €

Keyforge est un jeu de carte publié par Fantasy Flight Games et imaginé par un game designer de légende, Richard Garfield, le créateur de Magic the Gathering, ainsi que Netrunner en 1996 (désormais Android Netrunner en 2013) et le jeu de famille culte King of Tokyo. 

C’est un jeu de bataille de cartes ou chaque paquet est unique :  un paquet est créé à partir de centaines de cartes différentes grâce à un algorithme. On parle de 104 quadrillions de decks possibles composés de 37 cartes. 
Fantasy Flight Games Tout droits réservés

Keyforge est un jeu de cartes rapide et addictif dans lequel les joueurs ne peuvent pas personnaliser leurs decks, mais leur paquet ne ressemble à aucun autre au monde.

Le but de Keyforge est de forger 3 clés en utilisant une ressource appelée Aombre (Aember en anglais). Le premier joueur qui y parvient a gagné. 

Contrairement à d’autres jeux de cartes, chaque joueur n’a pas un nombre défini de points de vie qui doivent être détruit pour les vaincre. Il n’y a pas non plus de ressources nécessaires pour jouer aux cartes.

L’univers de Keyforge

L’univers de Keyforge est assez perché, et totalement anecdotique pour jouer au jeu : 

« Des mages éthérés appelés Archontes vivent sur la planète du Creuset (Crucible). Cette planète a été fabriquée par de mystérieux Architectes qui y ramenèrent des ressources et des créatures provenant de tous l’univers. Les créatures, objets et lieux appartenant (dans les deux premiers set de cartes) à sept races et venus de sept maisons sont apparus sur le Creuset. Il s’agit des « Brobnar », « Mars », « Dis », « Ombres », « Logos », « Indomptés » et « Sanctum ». Les Archontes utilisent ces maisons pour récolter de l’aombre et forger des clés qui permettent d’ouvrir des Caveaux. Ceux-ci contiennent des secrets et des pouvoirs cachés. »

Cet univers à même donné naissance à un jeu de rôle dédié : Keyforge : Secrets of the Crucible (qui est très bien étonnamment).

Mise en place d’une partie de Keyforge

La mise en place de KeyForge est très facile :

  1. Chaque joueur sélectionne un paquet de cartes. La carte d’identité de personnage est mise de côté, puis le jeu est mélangé et placé face cachée à côté de la carte d’identité. Ceci est le jeu de tirage.

  2. Ensuite, le premier joueur est choisi. Il pioche 7 cartes de son deck pour créer sa main. Son adversaire en pioche 6. À l’exception des jetons Clé, tous les jetons et jetons et autres peuvent être mis de côté car ils ne seront pas nécessaires immédiatement. Les jetons Clé sont placés à proximité avec leurs côtés imprégnés vers le haut.

Comment se joue Keyforge ?

Chaque deck a une carte de personnage présentant l’Archonte ainsi que les 3 maisons composant le deck. Le paquet sera composé de différents types de cartes : actions, artefacts, créatures ou améliorations dans chacune des 3 maisons de ce paquet. 

Le but du jeu est simple : pour gagner une partie de Keyforge, vous devez être le premier à forger 3 clés. Pour forger une clé, il faut 6 aombres. 

  1. Au début du tour d’un joueur, s’il a au moins 6 Aombres, il doit forger une clé.
  2. Il choisit ensuite une des 3 maisons du paquet qui deviendra sa maison active.
  3. Il peut jouer/défausser les cartes, redresser les cartes épuisées de la maison sélectionnée.
  4. Quand il a fini de jouer ses cartes, il pioche afin de revenir à une main de 6 cartes. 

Le cœur du jeu est durant la phase dans laquelle les créatures de la maison choisie peuvent être invoquées, des actions peuvent être jouées, des améliorations peuvent être placées et des artefacts peuvent renforcer vos forces. Les créatures sont utilisées pour récolter de l’Aombre ou attaquer les créatures adverses pour empêcher le joueurs d’en face de récolter. 

Le “combat” entre créatures est rapide, simple et assez brutal. Les points de vie et la puissance d’attaque sont une seule et même valeur, tandis que la valeur d’armure réduit un peu les dégâts reçus.

Quelle que soit la capacité de la créature, il y a 2 choses que chaque créature peut faire lors du tour de son propriétaire si elle est prête: récolter ou combattre. Les créatures ont également des capacités spéciales qui se déclenchent à certains moments Certaines capacités se déclenchent automatiquement du moment que la créature est jouée de votre main. Certains se déclenchent avant que la créature ne soit utilisée pour combattre d’autres créatures ou après qu’elles aient mené une bataille et survécu. Certaines créatures ont même des capacités permanentes qui resteront en vigueur jusqu’à ce que celle-ci meure. Les créatures de KeyForge sont votre principal moyen de gagner de l’Aombre et aussi d’empêcher votre adversaire de récolter et/ou de forger une clé.

Équilibrage des paquets grâce au système de chaînes

Les chaînes sont un moyen d’affaiblir un deck particulièrement puissant ou un joueur expert. En modifiant le nombre de chaînes d’un joueur, cela modifie le nombre de cartes qu’il est autorisé à piocher à la fin de son tour. C’est une solution assez simple et élégante pour contrer le fait que chaque deck de Keyforge est unique et que certains peuvent être un peu trop maîtrisés par rapport à d’autres. Il existe d’autres façons / raisons de changer la chaîne d’un joueur, mais l’objectif principal est d’équilibrer le jeu.

Que penser de Keyforge ?

J’ai pu essayer KeyForge bien après la hype avec la 3ème extension, Collision des Mondes. Je n’étais que peu attiré, n’étant pas un joueur de Magic The Gathering, ne connaissant pas Richard Garfield et étant bien occupé par mon autre deck building du moment, Hero Realms. Ma préoccupation initiale (et j’imagine que c’est une préoccupation pour beaucoup de gens) était que le jeu est construit sur une base aléatoire que je ne maîtrisais absolument pas. Des noms de deck à la composition des cartes en passant par les illustrations au dos des cartes, tout dans KeyForge semble aléatoire. 

Ce système certes innovant vous confrontera à des decks plus puissants que d’autres. Rien ne me dérangerait plus que d’acheter un jeu et d’obtenir beaucoup de cartes de qualité inférieure pendant que le jeu de mon adversaire regorge des meilleurs. Être répété maintes et maintes fois n’est pas très amusant.

Heureusement, Richard Garfield voyait déjà cela comme une possibilité, alors il a institué le système de «chaîne». Un joueur peut avoir un total de 24 chaînes en tout. Pour chaque groupe de 6 chaînes, le joueur enlèvera une chaîne et piochera ensuite une carte de moins qu’il ne le ferait normalement chaque fois qu’il tirerait une carte. Ce système de handicap est la façon dont vous rapprochez deux jeux. Si l’on s’en sort trop bien, il suffit de commencer avec des chaînes. Si cela fait avancer les choses dans l’autre sens et commence à perdre chaque partie, réduisez simplement le nombre de chaînes jusqu’à ce que vous atteignez un équilibre où les deux paquets sont à l’équilibre.

Cette solution maline pour bien marcher, vous oblige à tester de nombreuses fois un deck afin de définir son nombre précis de chaînes. Cela signifie nécessairement qu’une personne doit être prête à perdre plusieurs fois de suite jusqu’à ce que tout soit réglé. Il est plus facile d’acheter un nouveau deck et d’espérer qu’il soit plus performant.

Un autre aspect difficile de KeyForge est qu’il ne joue pas comme un JCC classique. Normalement, lorsque vous êtes attaqué, vous avez des options que vous pouvez utiliser pour vous défendre, mais ce n’est pas le cas ici. La seule chose que vous pouvez faire lorsque votre adversaire attaque vos créatures est de vous asseoir et d’encaisser (voire subir). Cela peut ne pas convenir à certains joueurs et si c’est votre cas, KeyForge ne vous conviendra probablement pas. 

Globalement, j’ai été surpris de voir à quel point j’aime ce jeu. Je me retrouve à y réfléchir, bien après avoir rangé mes paquets. Je suis toujours partant pour une partie. Je possède pas mal de decks mais j’aurais pu grâce au système de chaîne rester sur simplement 2.

L’idée de « deck unique » m’a semblé bizarre au début, mais après l’avoir expérimentée par moi-même, je suis fan. 

On le dit très souvent, ce jeu n’est clairement pas pour tout le monde : les joueurs qui aiment contrôler et construire amoureusement leur deck risquent d’être vite frustrés par les paquets aléatoires et tout prêt de Keyforge

Les plus :

Les moins :

  • Ce n’est plus du deckbuilding
  • Vous risquez d’acheter beaucoup de paquets avant de trouver celui qui vous plait

Si vous aimez les jeux de cartes à collectionner :

Dans le genre personnalisable (deckbuilding) et ultra-compétitif, on ne peut que recommander le mythique Magic the Gathering.
Netrunner…

Si vous aimez les jeux de cartes coopératifs

Marvel Champions: The Card Game (2019)